Informations et notes sur les produits

Raisons du port de masques respiratoires

Les raisons de porter un respirateur peuvent être nombreuses. Ils sont utilisés dans les domaines médical et public ainsi que dans les travaux de construction ou de rénovation.

Dans les situations où vous êtes très proche d’autres personnes pendant une longue période, le risque d’infection est beaucoup plus élevé. Les personnes âgées, les médecins ou les personnes se trouvant dans des bus et des trains bondés peuvent ne pas être en mesure de respecter la distance requise. Dans ces situations particulières, les masques buccaux et nasaux peuvent être utiles.

Les mesures de protection respiratoire sont indispensables pour de nombreux travaux de construction et services liés à la construction. Lors de la manipulation de substances dangereuses telles que la poussière ou l’amiante ainsi que les solvants ou dans des zones contaminées, une protection respiratoire doit être disponible comme prescrit. Les règles de conduite habituelles doivent également être respectées.

Protection contre les contacts accidentels

Un masque peut favoriser le comportement d’hygiène personnelle d’une personne : De nombreuses infections par des agents pathogènes viraux et bactériens surviennent parce que chaque personne touche inconsciemment son visage plusieurs fois par heure. En conséquence, les agents pathogènes peuvent pénétrer dans les muqueuses de la bouche, du nez et des yeux et provoquer une infection. Une protection buccale et nasale ou un masque respiratoire peut empêcher ce contact direct. Cependant, il faut le remplacer régulièrement par un nouveau afin qu’il ne devienne pas lui-même un réservoir de germes.

Les masques en tissu n’offrent qu’une protection limitée

Les simples masques en tissu, qui relèvent de termes tels que « masque de tous les jours », « masque communautaire », « masque de bricolage » ou « masque de fortune », offrent peu de protection. L’Institut fédéral allemand des médicaments et des dispositifs médicaux souligne que les porteurs de tels masques ne peuvent pas compter sur « qu’ils les protégeront ou protégeront d’autres personnes contre la transmission du SRAS-CoV-2, car aucun effet protecteur correspondant n’a été prouvé pour ces masques.

Source: https://www.bfarm.de/SharedDocs/Risikoinformationen/Medizinprodukte/DE/schutzmasken.html

Bouche – Nez – Protection (MNS) ou OP – Masque

Un SNM protège la bouche et le nez du porteur contre le contact avec des mains contaminées.

En outre, un SNM peut efficacement empêcher l’élimination des gouttelettes du porteur. Elle protège surtout l’environnement du porteur des gouttelettes qui peuvent être libérées lorsque celui-ci parle, éternue ou tousse, mais pas le porteur lui-même.

Protection respiratoire avec pièce filtrante pour le visage (FFP)

Les demi-masques filtrant les particules sont utilisés comme protection respiratoire contre les particules volatiles. Ils sont considérés comme des appareils de protection respiratoire complets avec un matériau filtrant non remplaçable.

Les demi-masques à filtre à particules sont des appareils de protection respiratoire testés selon la norme européenne DIN EN 149. La norme fait la distinction entre les classes d’appareils FFP1, FFP2 et FFP3.

Différence entre les masques de protection FFP2 et KN95

Avec l’aide, entre autres, du FB FHB de la DGUV et du DIN – Normenausschuss Feuerwehrwesen (FNFW), les pompiers de Berlin ont effectué une comparaison des normes de test entre les masques de protection à filtre FFP2 selon la norme EN 149 et la norme chinoise GB 2626-2006 (KN95).

Conclusion: Les masques de protection FFP2 (EN 149:2001) et KN95 (GB 2626-2006) sont bien comparables dans le cas présent (SARS-CoV-2).

L’aérosol en question (SARS-CoV-2) n’est pas lié au pétrole.

Les pompiers de Berlin ont initié et approuvé la distribution.

Source: https://www.din.de/de/mitwirken/normenausschuesse/fnfw/2020-03-schutzmasken-ffp2-en-149-2001-und-kn95-gb-2626-2006-zum-coronaschutz-sars-cov-2-sind-miteinander-vergleichbar–709924

Mettez un masque

Il est recommandé de se laver soigneusement les mains avec du savon avant de mettre un masque. Cela permettra d’éviter que les agents pathogènes qui peuvent se trouver sur vos mains ne contaminent l’intérieur du masque. Il est également conseillé de se laver les mains après avoir retiré le masque. Il est important que le masque soit correctement placé sur la bouche, le nez et les joues, que l’arête du nez soit ajustée et que les bords soient aussi serrés que possible pour minimiser l’entrée d’air par les côtés.

Nettoyage des masques de protection

Les masques en cellulose ne doivent être portés qu’une seule fois.

Avec les masques FFP, cette forme de retraitement ne fonctionne pas dans tous les cas : les masques portant le marquage CE ainsi que les masques provenant de Chine peuvent être chauffés jusqu’à 70 degrés. Pour les masques sans marquage CE, provenant par exemple des États-Unis, du Canada, de l’Australie ou du Japon, le filtre art-off pourrait être endommagé par la chaleur, c’est pourquoi le retraitement n’est pas recommandé.

En général, les masques FFP ne doivent être retraités que trois fois au maximum.

Attention : la stérilisation d’un masque au micro-ondes n’est recommandée qu’à titre conditionnel, car de nombreux masques contiennent des pièces métalliques et ne doivent pas être mis au micro-ondes. Risque d’incendie !

Disposition des masques

Comme tous les types de masques sont ou peuvent être contaminés par des germes et des virus, ils font partie des déchets résiduels. L’Association fédérale de l’industrie allemande de la gestion des déchets, de l’eau et des matières premières attire l’attention sur ce fait.